Le blog de la langue des oiseaux

  • Thibault Fortuner

La perfection par la langue des oiseaux


123RF/Hans Slegers


Dans la langue des oiseaux, l'étymologie est la première étape pour comprendre le sens caché d'un mot.

Perfection est composé de per/fecto : faire jusqu’au bout, faire complètement.

Les perfectionnistes chercheront à aller au bout des choses, ils n’arrêteront jamais avant. Ils ont donc, inconsciemment, l’obligation d’aller au bout de tout ce qu’ils entreprennent. Dans la perfection, il y a la notion d’achèvement. Dans la crainte, inconsciente, que la chose pourrait ne pas être aboutie, les personnes dans la perfection peuvent avoir du mal à finir ce qu’elles font, cherchant toujours ce qui pourrait être amélioré. Elles peuvent donc avoir la sensation que ce n’est jamais assez bien et, ainsi, avoir du mal à terminer, à clôturer.

La perfection demande d’aller au bout des choses. Il peut donc y avoir des mémoires :

  • de drames liés à des personnes n’ayant pas pu mener à bien quelque chose d’important à leurs yeux ;

  • de fausses couches.

Les perfectionnistes peuvent chercher à aller au bout de tout ce qu’ils entreprennent. Ce trait de caractère est une belle qualité mais il peut vite se transformer en frein, quand cela les mène à toujours chercher à tout finir... même ce qui n’est pas important pour eux. Ils peuvent, alors, mettre une énergie folle dans des choses sans importance ou peu importantes pour eux et peuvent vite se sentir débordés et surchargés, sans réussir à hiérarchiser ce qu’ils doivent faire en priorité, puisque tout doit être fait jusqu’au bout.

Ils peuvent avoir une difficulté à discerner : ce qui est important de ce qui ne l’est pas ; ce qu’ils doivent faire de ce qui peut attendre ; où ils doivent mettre leur énergie et où ils ne doivent rien faire ; ce qu’ils doivent terminer de ce qui peut être fait partiellement ou par quelqu’un d’autre. Le devoir a alors tendance à passer en premier, ce qui peut couper la personne de son plaisir, de sa joie et de ses rêves.

Les personnes dans cette problématique devront apprendre à hiérarchiser ; à discerner ce qui est important pour elles de ce qui ne l’est pas ; à se recentrer sur l’essentiel, afin de le mener à bien, tout en délaissant le reste ou en ne le faisant que partiellement ou encore en se faisant aider.

Le perfectionniste doit apprendre à aller au bout de ses rêves plutôt que de toujours chercher à aller au bout de ses devoirs sans pour autant les négliger complètement mais sans leur donner toute la place.

La définition du mot dans le dictionnaire Le Robert nous apporte un éclairage. Elle dit : « Personnes ou choses parfaites : qui a toutes les qualités requises. »

Ainsi, les personnes dans la perfection aimeraient, inconsciemment avoir toutes les qualités.

Le souci est qu’inconsciemment, « avoir toutes les qualités requises » peut signifier « devoir n’avoir aucun défaut ». Ainsi, l’angoisse des perfectionnistes peut donc venir du fait d’être critiqué ou d’être vu dans ce qu’ils jugent être leurs défauts. Ils cherchent ainsi à être irréprochables pour ne jamais être dans la position de celui qui n’est pas bien, qui fait des erreurs, qui commet une faute, etc.

Il peut donc y avoir des mémoires :

  • de fautes impardonnables ;

  • d’erreurs fatales.

Depuis toujours, l’erreur est une des plus grandes sources de découvertes. C’est souvent grâce à des erreurs que de nouveaux médicaments ont été découverts ou que de grandes avancées ont été réalisées. L’erreur n’est donc pas un problème tant qu’on en tire une leçon qui nous fait avancer. Sortir de la perfection reviendra à apprendre à accepter et à remettre de l’erreur dans sa vie.

La définition du mot perfection dit : « Qui a toutes les qualités requises ». Elle ne parle pas de défaut. On peut donc être parfait tout en ayant des défauts.

Par exemple : un poisson avec ses nageoires et ses branchies a toutes les qualités requises pour nager et vivre dans l’eau. Mais il n’a pas les qualités requises pour monter à un arbre. Il est donc parfait pour la vie aquatique, tout en ayant des défauts pour la vie terrestre. Bien vivre la perfection revient donc à :

  • apprendre à discerner et à déterminer notre domaine de compétence, notre domaine d’action, afin d’y mettre toute notre énergie et d’aller au bout des choses dans ce domaine ;

  • s’autoriser à faire les choses à moitié ou à les faire mal, voire à ne pas les faire dans les autres domaines.



Extrait issu du tome 1 du livre « l’être et les maux par les mots et les lettres »




#perfection #étymologie #languedesoiseaux

©2017 Thibault Fortuner

thibaultfortuner21@gmail.com