Poids numérique des mots

À l’origine, chaque lettre était associée à un chiffre et avait une valeur numérique. Les mots pouvaient donc s’écrire soit avec des lettres soit avec des nombres.

Exemple

  • A a une valeur numérique de 1.

  • B a une valeur numérique de 2.

BA peut donc aussi s’écrire 2 1.

Avec ce système, les lettres ayant chacune une valeur numérique, chaque mot aura donc un poids numérique donné.

Pour les kabbalistes, qui font une étude ésotérique de la Bible, deux mots ayant le même poids numérique seront identiques dans l’inconscient. Ils seront donc interchangeables dans le texte. Cela permettra d’ouvrir le texte et de lui donner de nouvelles significations. C’est ce qu’on appelle la Gematria.

Chaque lettre a une valeur numérique, qui peut être déterminée par rapport :

  • à sa position dans l’alphabet ;

  • au système de valeur des lettres hébraïques.

Suivant le système utilisé, certaines lettres auront des valeurs différentes.

Dans l’étude des mots ou des noms, le but est de trouver les multiples sens du mot. C’est pourquoi nous pouvons déterminer le poids numérique du mot en nous référant à la position des lettres qui le composent dans l’alphabet ou à leur valeur par le système hébraïque.

Dans l’étude d’un mot ou d’un nom, il peut être intéressant de calculer la ou les valeurs numériques de ce mot car celui-ci sera attaché à cette valeur numérique.

 

Cela permettra ensuite de répondre à deux interrogations :

À quels autres mots ce poids numérique est-il lié ?

Cette partie est compliquée à réaliser soi-même, car il est fastidieux de calculer les poids numériques de chaque mot du dictionnaire. Sauf, si l’on crée au fur et à mesure sa propre base de données et son propre dictionnaire.

Vous pouvez aussi vous référer au livre de Georges Lahy,  Parole de nombres, (Éditions Lahy), dans lequel il donne, sous forme de dictionnaire, les mots en lien avec un poids numérique donné.

 

Exemple (issu de l’ouvrage de Georges Lahy)

Le poids numérique de « Gestapo » = 443.

Or, 443 est aussi le poids numérique du mot « désespoir » et également celui du nom « Adolf Hitler ».

Parole de nombre, georges lahy

Il est aussi possible d’additionner ou de soustraire des poids numériques et donc les mots qui leurs sont liés, pour voir ce que cela peut apporter de nouveau ou pour mettre en lumière certaines « coïncidences ».

 

Exemple (issu du même livre)

  • Iceberg =121

  • Collision = 351.

Iceberg + collision donne 121 +351 =472. Or, 472 est la valeur numérique du mot « Titanic ».

 

Quelles sont les lettres qui se rapportent à ce poids numérique ?

En effet, étant donné que le poids numérique est composé de chiffres, il est donc possible de retraduire ceux-ci en lettres. Celles-ci formeront alors un tirage, un rébus de 2 ou 3 lettres, qu’il sera plus aisé d’interpréter.

 

Exemple

Si le poids numérique d’un mot ou d’un nom est 253, cela signifie qu’il est en lien avec :

  • 2 qui renvoie au B ;

  • 5 qui renvoie au E ;

  • 3 qui renvoie au C .

Pour les différents systèmes d'interprétation d'un mot, d'un nom ou d'une pathologie ainsi que pour les significations de chaque lettre voir les livres :

Langue des oiseaux, l'être et les maux par les mots et les lettres,
Langue des oiseaux, signification des lettres, sens cachés des mots, l'être et les maux par les mots et les lettres

©2017 Thibault Fortuner

thibaultfortuner21@gmail.com